Vendredi 23 juin
Chalets d'Iraty-Belagua

Haute_Route_Pyr_n_enne__047_

6h. Le brouillard de la veille a complètement disparu. Bien que l’observation du ciel soit limitée de l’endroit où je suis, je devine une journée lumineuse. Je plie la tente et prépare mon sac tandis que mes compagnons restent allongés dans leur duvet…je leur ai promis de les réveiller avant de partir. Ce ne sera pas nécessaire car j’entends du bruit derrière moi. Je tourne la tête et…une apparition ! Pas la Vierge mais presque ! Michel est là ! Michel est déjà là pour récupérer sa Martine et Serge ! Il est parti à 2h du matin…Ah ! Il voulait se la récupérer vite fait sa Ninou ! Martine et Serge émergent à leur tour. Toutes affaires pliées nous gagnons le col de Baguargui où m’attend Alain. L’Orhy apparaît dans toute sa splendeur dans le soleil levant. J’irai donc à la Pierre St Martin sans eux…nous faisons les adieux et, tandis que la voiture prend la direction de la vallée, Alain et moi empruntons le chemin qui serpente entre les chalets avec l’Orhy en point de mire.

Haute_Route_Pyr_n_enne__048_

Belle approche, surtout dans ces conditions météo superbes. La crête de Millagaté offre un panorama de toute beauté et le Zaspigagn annonce les premières difficultés. Montée tranquille pour moi, promenade de santé pour Alain ! La vue, au sommet, permet d’appréhender la différence entre l’Ouest et l’Est de la chaîne : les sommets de la haute montagne apparaissent côté du Levant.

Descente facile au Port de Larrau. Alain, chaussures explosées, arrête une voiture qui le descendra quelque part en bas s’acheter des pompes un peu plus adaptées ! Rendez-vous est pris au refuge de la PSM.
Je poursuis ma progression vers l’Est après un rapide casse-croûte. Il fallait une journée comme celle-ci pour parcourir les crêtes qui m’emmènent vers l’abri d’Ardané. Je n’ai pas compté les abris de chasseurs qui jalonnent les crêtes depuis notre départ d’Hendaye mais, c’est clair, les palombes ont du souci à se faire ! Je me rends compte que je n’en ai pris aucun en photo ! Quand l’inconscient s’en mêle !

Haute_Route_Pyr_n_enne__060_

Orage à Belagua

Arrivé à l’embranchement pour descendre à l’abri d’Ardané, je décide de poursuivre jusqu’à Belagua : autant profiter du beau temps, je ne sais pas de quoi demain sera fait…Au col d’Hutu j’embrasse d’un seul coup d’œil ce qui m’attend pour joindre Belagua…je ne suis pas encore arrivé ! Après la BF 250 ça se complique un peu. Les contournements par le Nord de la crête frontière ne sont pas évidents, surtout pour revenir sur la crête mais la bonne visibilité permet de se retrouver sans problème. Du port d’Ourdayté j’aperçois la route nationale qui monte de l’Espagne vers la PSM et des corps de bâtiment que je suppose être l’ancien refuge de Belagua. L’orage qui menace m’incite à descendre rapidos tout droit dans un vallon herbeux, long mais facile.

J’arrive en fait à un casernement militaire au bord de la RN. Le refuge est 1 Km au-dessus. La dépression orageuse qui monte du fond de la vallée à la vitesse « grand V » ne me laisse pas le temps d’y accéder. Au premier « plat » au bord de la route je plante la tente du mieux que je peux sous le vent qui annonce la suite…boum boum badaboum, c’est parti ! Après l’orage, les cloches des vaches et des chevaux ne m’aideront pas à trouver le sommeil !

Samedi 24 juin
Belagua-La Pierre St Martin (PSM)

D’ailleurs le concert à 6 h du matin annonce une concentration de vaches qui viennent voir si le sel a bien été déposé sur les rochers alentours. Il est temps de reprendre la route !
Petit détour par l’ancien refuge complètement laissé à l’abandon…même pas un robinet d’eau potable à l’attention des randonneurs !

La route s’annonce interminable jusqu’à la PSM…à la BF 256 un papy espagnol m’embarque dans sa Kangoo et me dépose pratiquement à l’entrée de la PSM. En voyant défiler la route je ne cesse de ma répéter que ce papy m’enlève une belle épine du pied : si le paysage karstique est magnifique, le trajet à pied, par la route, doit être long et fastidieux…
Du coup je me retrouve au refuge Jeandel de la PSM dans la matinée et j’y retrouve mon camarade Alain et ses pompes toutes neuves !

Haute_Route_Pyr_n_enne__061_

La saint Jean à la PSM

C’est le jour de la Saint Jean et chaque année, le gardien du refuge, Jean Hourticq, organise une petite fête. Le soir même nous nous retrouvons, invités et randonneurs, attablés face à une chanteuse et un guitariste venus célébrer le saint homme…attablés mais ne partageant pas le même menu…faut pas exagérer ! Quant aux randonneurs désirant s’endormir tôt pour partir de bonne heure, ils subiront les vocalises des divers convives poussant leur chansonnette. Ainsi, après que des Anglais de passage eurent massacré « Hey Jude », le Lorrain d’origine que je suis entonne (en Béarnais SVP !) le premier couplet de « l’immortella », une incontournable chanson de Nadau…succès garanti !

Dimanche 25 juin
PSM-Lescun

Haute_Route_Pyr_n_enne__069_

Lescun

Matinée maussade : brume, pluie…nous préférons joindre Lescun par le GR 10 plutôt que de nous aventurer sur les lapiaz d’Anie. C’est sur cette étape que nous rencontrons nos premiers isards. Nous marchons dans la brume qui se déchire par intermittence. Ainsi nous pouvons admirer les Orgues de Camplong mais ne voyons rien du cirque et des aiguilles d’Ansabère, un des sites les plus beaux de la traversée…

Arrivée à Lescun en passant par l’ancien refuge de Labérouat où, là, un panneau indique clairement un point d’eau. Nous descendons au gîte d’étape de l’hôtel du Pic d’Anie où une charmante vieille dame nous accueille fort agréablement. Nous mangeons, le soir, au restaurant du Pic d’Anie et je recommande vivement aux randonneurs passant par Lescun d’aller « humer » l’atmosphère de cette maison ancienne qui sent bon « l’ancien temps », propre et de bon goût. Ajoutez-y le sourire de l’hôtesse et voilà une excellente soirée qui fait oublier les intempéries du dehors…

Lundi 26 juin
Lescun-Refuge d'Arlet

Haute_Route_Pyr_n_enne__072_

La porte du col de Pao

Départ à 7h 30 pour le col de Pao en compagnie de randonneurs rencontrés à la PSM…dans le brouillard, on ne change pas les bonnes habitudes ! Nous rencontrons nos premières marmottes juste avant le col. Au col, nous sommes au-dessus des nuages et retrouvons enfin la lumière du soleil. Alain, des fourmis dans les jambes, est parti seul devant vers le refuge d’Arlet. La progression est tranquille et la visibilité permet de voir du Pic d’Anie à l’Ouest jusqu’à l’Ossau à l’Est. Au col de la Cuarde le Castillo de Acher me présente sa face Nord. J’y étais allé en mai 2005 avec mon copain Christian qui doit me rejoindre à Cauteret. La vallée du rio Aragon se déroule à ses pieds, majestueuse, toute verte d’une herbe toute neuve !

Haute_Route_Pyr_n_enne__078_

Le Castillo de Acher

Lorsque j’arrive au refuge d’Arlet, Alain est déjà arrivé depuis 1h !
Nous convenons, le soir même, de nous séparer le lendemain en allant vers le Somport : son allure lui permet de doubler les étapes.

La suite...