Jeudi 6 juillet
Parzan – Camping de Viados

Haute_Route_Pyr_n_enne__211_

Direction Viados...

Longue étape aujourd’hui. Nous remontons la route nationale sur 1 Km pour emprunter une piste qui nous amènera au refuge de Viados après une dénivelée de 1000 m tout de même ! L’orage d’hier est derrière nous bien que quelques cumulus viennent nous titiller. Nous nous arrêtons au camping juste avant le refuge et faisons connaissance d’un jeune gars qui parcourt également la HRP.la fin de l’après midi est consacrée au séchage du linge trempé la veille. Deux Anglais rencontrés sur le chemin arrivent à leur tour ce qui donne lieu à des échanges « baragouinés » dans un anglais très approximatif ! Mais après quelques bières tout le monde comprend tout le monde !

Vendredi 7 juillet
Camping de Viados – Lac de Caillaouas

Haute_Route_Pyr_n_enne__215_

Le valon d’Aygues Tortes

Le ciel est clair et les prévisions météo pour les 3 jours à venir sont très favorables. Aussi c’est le cœur léger que nous appréhendons la traversée des 3000 du Luchonnais qui nous attendent du côté des Gourgs Blancs. En attendant il nous faut déjà franchir le col d’Aygues Tortes…et il faut se le gagner ! Nous admirons tout à loisir le massif des Posets nous promettant d’y revenir en visite plus approfondie plus tard. C’est une belle contrée boisée avec de l’eau partout. Un autre spectacle nous attend au col : la vallée qui descend sur le lac de Pouchergue. La descente dans les barres rocheuses est délicate et nous finissons par atteindre sans encombre le lac de Pouchergue au bord duquel nous cassons une petite croûte. Le soleil nous inciterait volontiers à la sieste…mais il nous faut rejoindre le lac de Cailaouas et sa cabane qui nous servira d’abri pour la nuit. Le contournement de la montagne entre Pouchergue et Caillaouas offre une vue magnifique sur les gorges de Clarabide et le refuge de la Soula.
Nous ne dormions pas à la cabane de Caillaouas : trop crade ! Des constructions neuves, non encore aménagées, d’EDF nous servirons d’abri

Samedi 8 juillet
Lac de Caillaouas – Refuge du Portillon

Haute_Route_Pyr_n_enne__219_

Le lac de Caillaouas

Haute_Route_Pyr_n_enne__225_   

Les Gourgs Blancs

La météo ne s’est pas trompée…un ciel clair nous attend au départ de Caillaouas. Le lac des Isclots, le lac du Milieu…la progression se fait tranquillement dans l’attente du couloir des Gourgs blancs. Des pierriers viennent casser le rythme de la marche pour le plus grand malheur de nos pieds….mais nos yeux photographient avec bonheur les 3000 qui se découvrent petit à petit. L’accès aux névés terminaux apporte plus de confort dans la marche et de la tusse de Montarqué nous parcourons, des yeux, à 360°, toutes ces belles montagnes qui entourent le refuge du Portillon. Nos yeux portent jusque dans la plaine de Gascogne et nous pourrions presque deviner Castelnau-Barbarens ! Le refuge est plein à cette époque de l’année : il est le point central pour tous ceux qui désirent gravir les 3000 environnants. La soirée au refuge se déroule dans une ambiance conviviale entre des gens qui ne se verront sans doute qu’une fois. C’est ce qui fait, entre autres, le charme de ces rencontres du hasard.

Dimanche 9 juillet
Refuge du Portillon – Refuge de Coronas

Depuis deux jours le ciel est stable. Il l’est encore lorsque nous attaquons la montée vers le col de Litterola. Belle montée ! Au col, un névé à l’Est dans une pente assez raide. Il nous faut être attentif et précautionneux. Au loin le passage vers le col de la Rémune, au pied d’une tour. Nous sommes dans la haute montagne…sur toute cette portion nous admirons le pic des crabioules, le Perdiguère, le Maupas…des noms qui nous chantent à l’oreille, nous qui arpentons régulièrement ces massifs du Luchonnais. Christian est aux anges ! nous approchons le col de la Rémune en suivant autant que faire se peut les crêtes afin de profiter du panorama. La vallée de la Rémune qu’on aperçoit au fond est pleine de promesse mais il faut s’enquiller un chaos granitique pas piqué des hannetons pour y parvenir ! qu’elle est longue cette descente !

Haute_Route_Pyr_n_enne__239_

Iris

Direction l’hospice de Venasque où Christian rencontrera l'ours et où nous ferons le point sur notre itinéraire : col de Mulleres ou pas col de Mulleres ?
L’épisode du col de litterola nous laisse pensif. Le col de mulleres est-il encombré par un névé, Si oui, la description qu’en fait Véron nous amènerait à rejoindre l’hospice de Vielha par le Sud. Après moult tergiversations nous optons pour l’option Sud faute d’avoir des renseignements sur le passage de Mulleres.
Nous quittons l’hospice pour rejoindre, plus au Sud, le GR 11 qui nous mènera à l’hospice de Vielha. Un couple d’Espagnols et leur camionnette nous emmènent au départ du GR 11 nous évitant ainsi 6 Km de goudron : elle est pas belle la vie ?
Nous atteignons le refuge non gardé de Coronas trouvé en excellent état.

Lundi 10 juillet
Refuge de Coronas - Hospice de Vielha

Haute_Route_Pyr_n_enne__244_

Maladeta et Aneto, face Sud

Rude journée ! Nous n’allons pas jouer les équilibristes au col de Mulleres mais nous allons nous cogner 3 cols et des Km de cahos granitiques…7h de marche effective pour arriver à l’hospice vers 16h en traversant de beaux sites au Sud de la Maladeta. Journée longue et fatigante, surtout la fin qui n’en finit pas de ne pas finir…Nous dormons à l’hospice avec l’intention de descendre, demain, en stop à Vielha afin de ravitailler

Mardi 11 juillet
Hospice de Vielha – Estany Tort

Haute_Route_Pyr_n_enne__253_

Estany Tort de Rius

A 8h nous sommes en poste à l’entrée espagnole du tunnel, pouce levé. La descente à Vielha ne pose aucun problème grâce à l’amabilité de deux automobilistes. Nous sommes à Vielha à 8h 45 ! Retirer des sous à la machine, faire des courses, écrire quelques cartes postales et revenir à l’hospice en bus : c’était le programme de la matinée !
Nous reprenons la HRP en début d’après midi sous un ciel couvert mais sans pluie. Rampaillon sévère jusqu’au col de Rius, accès vers le parc des Encantats. Le Montardo nous fait face mais nous nous dirigeons vers le massif du Besiberri avec l’intention de bivouaquer au bord de l’estany Tort d’où nous avons une vue imprenable sur le côté Est de la Maladeta. L’orage éclate à 20h 30. C’est pas grave, on a mangé, les sacs sont à l’abri et nous aussi !

Mercredi 12 juillet
Estany de Tort – Refuge de Colomers

Haute_Route_Pyr_n_enne__269_

Au fond, le refuge de Colomers

Le réveil s’effectue sous un ciel clair plein de promesses. Se réveiller dans un décors pareil, c’est pas donné à tout le monde…Nous nous dirigeons vers le col de l’estany del Mar où nous restons un moment afin d’apprécier à sa juste valeur la vue qui s’offre à nous : Besiberri Nord, Montardo, estany de Mar avec sa petite île au milieu…Arrêt au refuge de la Restanca où nous pique-niquons avant de continuer le GR 11 vers le refuge de Colomers. Au col de Caldes le ciel devient menaçant. Nous hâtons le pas, talonnés par l’orage qui nous poursuit…il laissera crever ses nuages 3 mn avant que nous n’atteignions le refuge ! Refuge exigu où s’entassent des randonneurs surpris eux aussi et, parmi ceux-ci, John, un randonneur originaire de San Francisco, amoureux des Pyrénées…les retrouvailles valent bien une bonne bière !

La suite...